MIRANDA, la « tempête » des langues

Autonomie ; renforcement linguistique ; espagnol/anglais ; compétence ; hybride ; action
Formation concernée : L1, L2 et L3 (selon le niveau des étudiants)
Nombre d’étudiants : tous les étudiants ayant choisi l’UEL anglais ou espagnol et ayant besoin d’un renforcement
Période d’expérimentation : depuis 2019

 

Contexte – Objectifs du projet


Dès 2014, le directeur du SUED, l’équivalent de la CED actuelle (Cellule d’Enseignement à Distance) souhaitait des modules de remise à niveau en anglais, allemand et espagnol à destination des « faux débutants », c’est-à-dire des étudiants (moyenne d’âge 39 ans) ayant déjà pratiqué la langue mais ayant besoin d’être « remis dans le bain ». En ce qui concerne l’anglais et l’espagnol, il y a eu la volonté de partir sur le travail des compétences : la compréhension de l’oral, la compréhension de l’écrit et l’expression écrite.
A partir de ce module déjà existant et remodelé suite à l’appel à projet AMI-DESIR, les enseignantes d’anglais et d’espagnol ont décidé de définir un parcours nommé MIRANDA (Module et Itinéraire de Réussite : Autonomie et Nouveau Départ pour les Apprenants). Ce parcours est composé de 2 modules, Miranda 1 au semestre 1, et Miranda 2 au semestre 2, dans les 2 langues.
Miranda est un support numérique dont l’approche est axée sur 3 points : les images, les émotions et le « faire ». En fin de parcours, les étudiants sont invités à participer à une exposition photo virtuelle. Les modules sont semi-guidés avec un travail en autonomie et des travaux écrits à rendre au cours des 2 semestres. Ils sont initialement dédiés aux étudiants inscrits à un cursus universitaire à distance.

Mise en œuvre pédagogique


Le projet se déploie en 2019 avec le désir d’aller plus loin pour le semestre 2 : les étudiants peuvent demander un tutorat plus intensif appelé MIRANDA +. Il s’agit de permettre à ces étudiants éloignés des pôles universitaires de se retrouver pour un travail d’interactions orales à partir de supports photos. La compétence d’expression orale s’ajoute donc aux autres compétences travaillées.
300 étudiants de la CED (250 en anglais et 50 en espagnol) ont été volontaires pour s’inscrire à Miranda 1 et 2. MIRANDA + a rassemblé 11 étudiants en anglais et 1 en espagnol. Il s’agit ici du nombre d’étudiants ayant participé à l’ensemble des activités proposées. Cette version a finalement été abandonné dans le cadre de la CED car, même si les étudiants inscrits avaient apprécié les interactions orales organisées lors du suivi tutoré, cela demandait beaucoup d’engagement de leur part, et ceux-ci ne trouvaient pas le temps nécessaire à consacrer à ce renforcement linguistique. Pour autant, la pandémie de coronavirus, et notamment le deuxième confinement, allait redonner vie à cet outil sous-exploité.
En 2020, les modules ont été reconduits. En mars, suite au premier confinement, les 2 modules sont ouverts aux étudiants assidus pour la première fois. Comme le semestre était presque achevé et que les évaluations étaient quasiment terminées, les enjeux concernant ce travail interactif étaient minces. Pour autant, les sondages ont montré des résultats satisfaisants, et les étudiants concernés se sont montrés curieux face à l’outil.
En novembre, pour le deuxième confinement, le module pour l’anglais a servi de support de travail aux étudiants en mode asynchrone. Les étudiants ont peu apprécié de travailler sur une plate-forme jugée souvent trop généraliste et pas suffisamment axée sur les thématiques artistiques (en anglais surtout, car l’UEL anglais est fléché). Au second semestre, le module a donc été plus scénarisé et a fait la part belle à l’action (pour l’anglais par exemple, le projet en lien avec l’exposition Pinault au Couvent des Jacobins, cf capture d’écran). C’était bien là l’un des enjeux majeurs de la création de l’outil numérique MIRANDA : donner plus d’espace au « faire » dans les cours d’UEL. Par ailleurs, les différentes interactions orales en mode virtuel ont permis de maintenir un lien authentique entre étudiants dans un contexte fragilisant.

Ressources produites


modules en ligne à la CED + 1 module expérimental abandonné à la CED mais utilisé pendant la crise sanitaire avec les étudiants assidus des 2 enseignantes.
Voici quelques captures du module 2 :

  • Page d’accueil MIRANDA 2 pour l’anglais

  • Page d’accueil MIRANDA 2 pour l’espagnol

  • Exemple d’activité liée à la compréhension de l’écrit en anglais

  • Galerie de photos prises par les étudiants d’Histoire de l’art et Archéologie dans le cadre du projet de réappropriation des oeuvres de la collection Pinault. L’exposition : « Au-delà de la couleur, le noir et le blanc dans la collection Pinault » au Couvent des Jacobins de Rennes avait été reporté suite à la crise sanitaire. Les étudiants se sont emparés de quelques oeuvres des artistes de la collection pour réaliser leur propre exposition

Acteurs concernés


Le projet a impliqué Tiphaine Bourgeois pour le module d’anglais (porteuse du projet) ainsi que Lidia Aguilar pour le module d’espagnol. Au sein du SUP, Louis Roginski, Elsa Chusseau et Claude Hamon ont accompagné le projet.

Bilan et évaluation du projet


En termes de leviers, le projet est vraiment venu combler un manque au sein de la CED et cela a été très motivant de voir les étudiants s’approprier progressivement les modules. Le module 1 ne présentait pas d’enquête de satisfaction. La création du module 2 a permis de réfléchir à cet élément grâce aux conseils avisés de Louis Roginski et d’Elsa Chusseau. Ces sondages nous permettent d’affirmer que le module 2 de MIRANDA, axée sur l’image et les émotions, a répondu aux besoins d’un grand nombre d’étudiants. Il a été intéressant aussi de constater que le module 2 ciblait plus de bons étudiants enclins à l’ouverture culturelle et linguistique qu’à des étudiants de niveau A2.

  • Résultats des sondages concernant la motivation des étudiants à participer au module 2 pour l’anglais. NB : les résultats sont comparables pour l’espagnol.

  • Résultats des sondages concernant l’utilité du module 2 pour l’anglais. Les résultats sont également très similaires pour l’espagnol.
    Cette enquête regroupe 11 sondages d’opinion du module Miranda 2 (chap 1 à 3)
  Juin 2020 Juin 2021
Nombre d’étudiants inscrits 381 327

Question posée à chaque série d’activité :
Is this series of activities useful ?

  • not useful at all
  • not useful
  • useful/quite useful
  • very useful

 


2%
6%
52%
40%

 


1%
8%
55%
36%

Perspectives / essaimage


La porteuse de projet a présenté MIRANDA à ses collègues anglicistes du LANSAD intéressés par les groupes de niveaux. Par ailleurs, le fait que le travail mené ait permis de faire face à la situation sanitaire, notamment au second confinement, a également donné envie de l’enrichir. La mise en place des modules a permis aux enseignantes de se rendre compte des atouts pédagogiques de Moodle, et celles-ci ont réfléchi à la création d’un autre module à destination des étudiants assidus dans le cadre de NCU-Spécial Covid : GET READY. Enfin, dans le cadre d’un congé pédagogique prévu pour 2022, Tiphaine Bourgeois va développer un nouveau projet linguistique autour de l’image animée lequel prévoit la création d’un film très court en langue seconde. Ce projet vise à faire des liens entre les différentes composantes de l’université (Lansad-anglais, départements d’arts et CIREFE) et à élargir la place faite à l’UEL dans le parcours universitaire en l’intégrant à un projet de création filmique. En parallèle, en espagnol, la création d’un nouveau module GET READY à destination des L1 s’articulera autour de la création d’un film court.